TERESA BERGANZA

UNE LECON DE CHANT DE TERESA BERGANZA


Un film de Dominique Lucie Brard

DVD EN VENTE

Le langage du chant va  au cœur et au-delà de la musique,  il est aussi théâtral. L’attention du public n’est pas contrainte à des procédés techniques. Son imagination grandit. Il voit grandir un personnage sous ses yeux. Il est initié. C’est l’approfondissement de ce travail du chant, avec la partition, que Teresa Berganza transmet  à ses jeunes élèves venus du monde entier et communique  au public. Elle nous conduit à la musique, nous conduit à l’opéra, « cette grande maison, étrange, au cœur de la ville », qui n’ouvre ses portes que la nuit et où sont donnés en représentation l’inconnu d’une société et  ses passions.
Teresa Berganza nous fait entendre Carmen, intense, profonde. Elle lui a donné ses lettres de noblesse, un siècle après sa création. Son tempérament l’a conduit  à épouser  les introspections et la force du personnage, à respecter la musique de Georges Bizet, le subtil «  parler-chanter » qui en a  fait la singularité,  à l’époque  et encore aujourd’hui. Son intelligence de Carmen est précise, inoubliable. Sa vitalité, sa chaleur, exceptionnelles. Est-elle en fusion avec le personnage ? La distance, que la chanteuse parvient à établir avec lui, en fait, paradoxalement, un être mythique, totalement et parfaitement incarné. Carmen appartient à l’humeur étrange de son auteur, à l’homme en parfait dédoublement. Teresa Berganza en a la double intelligence. Elle nous livre les conflits intérieurs du musicien, l’originalité  du livret, les élans d’une musique, et une figure féminine à la limite du vrai, du possible, à l’aube de son émancipation : « Il n’est pas interdit de penser. » Elle établit un lien entre la Carmen du passé, scandaleuse à l’heure de sa création, celle du présent, radieuse après cent ans d’histoire et de maturité, et celles du futur, inconnues. Elle porte la mémoire encore possible et vraisemblable d’une œuvre et d’une femme chaque jour plus libre. « Ce personnage, dit-elle, a transformé ma vie. Il m'a donné la force de revendiquer mon indépendance et ma personnalité. » Dominique Lucie Brard, réalisatrice.
Une conversation avec Teresa Berganza et Jorge Chaminé. La conversation est chaleureuse et poétique parce que Teresa Berganza et Jorge Chaminé se connaissent depuis longtemps. En 1992, ils chantent ensemble sous la direction de Placido Domingo, puis sur les scènes de Giorgio Strehler. La vie musicale de J.Chaminé est riche et audacieuse : il a créé en Toscane le festival CIMA et encourage les jeunes talents, ambassadeur de Music in me il développe son activité au Moyen Orient, attentif à l’enfance, il accompagne des enfants autistes sur la voix difficile pour eux de l’échange et du partage. 
La villa Viardot, à Bougival est un lieu rêvé de mémoire et de musique par ceux–là même qui l’ont traversée, enchantée. C’est un salon de musique où Liszt, Chopin, Schumann, Brahms, Fauré, Saint Saens … confiaient l’écoute inédite de leurs œuvres à Pauline Viardot. Benita Carteron l’a choisi pour accueillir et créer le festival de Musique en Bougival.


Auteur/ Réalisateur: Dominique Brard Image: Ned Burgess, Nina Bernfeld Montage: Anouk Zivy Son: Eric Lesachet Yellow Cab Produit par Sophie Faudel