ESCLAVES MODERNES

ESCLAVES MODERNES


Un film de Sabah Rahmani et Teresa Punzi


Contrairement aux idées reçues, l’esclavage n’est pas révolu. Son abolition est un leurre. Dans notre imaginaire occidental l’esclave reste souvent attaché à l’image héritée de la Traite des Noirs : enchaîné, battu, souillé, corvéable à merci, privé de liberté, humilié…    De nos jours, l’esclave moderne n’a plus forcément ces stigmates. Il n’est pas toujours identifiable, reconnaissable à première vue… Ce trafic humain connaît une recrudescence depuis près de cinq ans à travers le monde. C’est pourquoi les Nations Unies relancent l’alerte auprès des Etats car elles ont recensé 161 pays directement touchés par l’esclavage !   La course effrénée au profit, à l’argent facile, des multinationales comme des petits propriétaires, la déstabilisation des sociétés de plus en plus individualistes et divisés, ou encore l’internationalisation des trafics liés à la drogue, voire au terrorisme… Voilà les effets pervers d’une globalisation économique uniforme qui peuvent mener à l’esclavage, à grande ou à petite échelle.   Il s’agit  bel et bien d’ESCLAVAGE. C’est-à-dire d’hommes, de femmes et d’enfants exploités sans rémunération ou infime, privés de liberté, privés de leur famille, maltraités.   Mais qui exploitent ces esclaves ? Non seulement des réseaux mafieux, mais aussi des petits patrons, des sous-traitants d’entreprises internationales, des propriétaires voire même des particuliers comme des diplomates ou des membres de sa propre famille.  Parce qu’illégal, l’esclavage moderne est difficilement visible.    Sans doute est-il difficile d’imaginer qu’en 2008, il existe encore des esclaves partout dans le monde. 

Générique complet